L’ennui chez les enfants

Beaucoup d’adultes, proposent tout un tas d’activités aux enfants afin de remplir leurs journées. Que craignent-ils ? 
Que les enfants s’ennuient ? Qu’ils deviennent passifs, voire paresseux et inactifs ?
Mais l’ennui existe-t-il réellement dans la tête des jeunes enfants ?

Mal à l’aise face à un enfant qui paraît s’ennuyer, l’adulte peut être tenté d’occuper l’enfant. Et pourtant, l’enfant était plongé la tête la première dans son inépuisable imagination.... Ainsi, son monde imaginaire éclate comme une bulle de savon. En l’interpellant, l’adulte l’a  propulsé dans la réalité.

Qu’est ce que l’ennui pour les adultes ?
L’ennui est un sentiment dévalorisé dans notre société. Il est relié à une sensation de malaise, une forme de lassitude, de fainéantise, d’abattement, de paresse, etc... Certains pourront même y voir le symptôme de la mélancolie ou de la dépression. 
Et, effectivement, l’ennui est à l’opposé de tout ce qui est valorisé : le dynamisme, la vitalité, l’activité physique, la productivité, etc...
C’est pourquoi les adultes redoutent que l’enfant ne « fasse rien ».
Certains sont convaincus qu’un enfant qui ne « fait rien » risque de s’ennuyer. Mais en fait, l’adulte vient projeter sa propre angoisse du vide, son propre ressenti sur l’enfant. 
D’autres estiment qu’un enfant qui « s’ennuie » risquera davantage de mordre, taper ou griffer les autres enfants. 

L’importance de l’imaginaire
En réalité, encourager un enfant à « ne rien faire »  va permettre à ce dernier de se plonger dans un monde imaginaire, d’entreprendre un voyage intérieur. 
Et ceci va participer au développement de son épanouissement,  de sa créativité, de sa mémoire, de son observation, de son imagination mais aussi de son autonomie psychique. 
De plus, cela va permettre à l’enfant de renforcer sa concentration. En effet, la concentration d’un être humain a besoin des temps de pause pour éviter le surmenage et fonctionner au mieux de ses capacités. 
Pour finir, notons qu’un enfant ne fait jamais « rien » et que celui qui est physiquement inactif a de grandes chances d’être psychiquement actif. 
Il est important de se rappeler que le cerveau du jeune enfant est programmé pour apprendre, découvrir et explorer les moindres détails de son environnement.
L’ennui n’y a pas donc sa place. Comment un tout-petit pourrait-il se lasser d’un monde qu’il est en train de découvrir ?

L’ennui n’existe pas
En nous penchant sur la question de  l’ennui, nous réalisons que l’ennui... n’existe pas. Ou du moins, pas dans la nature.
L’ennui naîtrait précisément du décalage entre l’homme et son environnement : plus les conditions de vie s’éloignent des conditions naturelles de l’être humain, plus celui-ci est susceptible de s’ennuyer. L’ennui est, au final, un luxe des sociétés sédentaires et urbanisées pour qui la nourriture et la sécurité sont assurées.

Pour conclure, nous pouvons dire que l’ennui n’existant que dans la tête de l’adulte, évitons de contaminer les enfants avec notre propre appréhension de l’inactivité.
Et il est important, pour nous aussi, de lever le pied et de « ne rien faire », de temps en temps !

Source : Un jeune enfant peut-il s’ennuyer ?  
June 24th, 2020 Sophie Denoyer
Psychologie en ligne - Enfant