Les difficultes d apprentissage chez l enfant

Selon le Petit Larousse de la Psychologie dirigé par Michel Guillemot et Bethsabée Blumel, nous sommes dans une société compétitive où l'exigence de réussite et d'intégration sociale fait régner un climat d'anxiété. Ainsi, la scolarité occupe une place primordiale. La scolarité est un passage obligé pour l'acquisition de compétences intellectuelles, culturelles et sociale. C'est pourquoi, l'école peut cristalliser beaucoup d'inquiétudes.

Pas moins de 70 % des motifs invoqués en consultations de psychologie de l'enfant et de l'adolescent ont trait à la scolarité.

Comment faire la part entre une difficulté d'apprentissage et un simple retard d'acquisition ?

Face à un enfant en difficulté, il faut d'abord prendre le temps d'analyser la situation.
Si le constat d'une difficulté est relativement aisé à établir, les causes potentielles sont multiples et peuvent appartenir à des registres variés
Il s'agit avant tout de ne pas céder à l'affolement, d'analyser sans précipitation tous les paramètres de la situation.
L'école est un vecteur privilégié de réussite pour l'enfant et il peut éprouver le sentiment de décevoir son entourage si des interventions mal ciblés lui renvoient des difficultés sans l'aider à les résoudre. Le risque est qu'il s'enferme peu à peu dans cet échec en développant de réels blocage.
Pour autant, il ne s'agit pas non plus de minimiser ou de banaliser ses difficultés.

Nous pouvons repérer 2 grandes catégories de blocages
- les difficultés spécifiques d'apprentissage : ces difficultés se localisent sur un type précis d'apprentissage (lecture, écrire, calcul). En théorie délimitées, elles n'empiètent pas sur les autres domaines, mais peuvent retentir sur l'ensemble de la scolarité. Les plus répandues sont la dyslexie, la dysorthographie, la dysgraphie et la dyscalculie.
- les facteurs affectifs et émotionnels s'exprimant par ces difficultés

Une notion clé doit demeurer à l'esprit : raisonnement intellectuel et contexte affectif sont étroitement liés. Le réservoir d'énergie dont chacun dispose pour alimenter sa vie intellectuelle, relationnelle, affective est unique. Lorsque tout va au mieux cette énergie se distribue de façon harmonieuse entre vie intellectuelle et vie affective. Mais lorsqu'une difficulté surgit dans un domaine, les ressources peuvent s'y trouver absorbées de manière prioritaire, au détriment d'autres pôles d'activité psychique.

Les difficultés varient d'un jeune à l'autre, en fonction de sa sensibilité, de sa personnalité et de son histoire. 

Difficultés face à un apprentissage spécifique ou blocages liés à l'affectif, il est essentiel de ne pas laisse s'enkyster des situations qui pourraient amener le jeune à s'installer dans un vécu d'échec et d'incapacité. Si l'origine du problème est bien identifiée, et l'aide mise en place adéquate, l'immense majorité des difficultés de concentration et d'apprentissage est au moins partiellement réversible
April 4th, 2018 0
Psychologue en ligne - Psychologie en ligne