L'émotivité



Selon la psychothérapeute et médecin Catherine Aimelet-Périssol, l'émotivité n'est pas un drame.
Ce trait de personnalité n'est qu'une façon de ressentir son émotion.

Or, nous vivons dans une époque où règne un diktat du bien-être.
Et donc, puisque les émotions que nous éprouvons peuvent provoquer en nous un mal-être et nous déstabiliser physiologiquement, elles sont de moins en moins acceptées.

Une émotion est avant tout un événement du corps. Il s'agit d'un événement qui va le déséquilibrer momentanément : nausée, transpiration, changement brutal et spectaculaire de couleur de peau ...

Comment apaiser son émotivité ?

Voici quelques conseils

1/ Ne pas lutter contre
Selon Antoine Pelissolo, psychiatre, psychothérapeute et auteur, réprimer des émotions ne marche jamais. 
En effet, lorsque nous essayons de nous contrôler, un dérèglement va se mettre en place, car nous voulons supprimer quelque chose qui ne peut pas l'être. 
De mauvaises relations peuvent se mettre en place entre le cerveau reptilien qui assure nos fonctions vitales (respiration, température du corps...) et le cortex qui réfléchit et prend les décisions. Dans ces moment-là, les informations ne circulent pas correctement dans ces moments-là, ce qui peut provoquer des réactions inappropriées ou disproportionnées.

2/ Reconnaître la vertu de l'émotion
Il va y avoir des personnes qui explosent (en se libérant du trop-plein de façon démesurée) et d'autres qui se murent (en refoulant). 
Comment donc en finir avec ces deux faces de la même médaille ? Il faut s'apaiser. Cela implique de reconnaître les vertus des émotions, de ne pas les diaboliser. 
L'émotion prend sa source dans les parties archaïques du cerveau, et nous ne nous apercevons de son existence que bien après son déclenchement. Selon, le psychanalyste Saverio Tomasella, il faut accepter d'être traversé par elle puisque c'est une soupape saine et nécessaire qui peut se produire à la suite d'une tension excessive.
L'émotion va se manifester lorsque les informations parvenues au cerveau ont mis ce dernier sur le qui-vive. 
Mais le cerveau ne peut pas traiter trop d'informations à la fois. C'est pourquoi, certains d'entre nous, particulièrement sensibles, vont absorber un plus grand nombre de données que d'autres, et cette grande réceptivité les expose à des phénomènes de débordement.

3/ S'isoler quelques minutes
À ceux dont la machine intérieure s'emballe, Saverio Tomasella recommande de s'isoler afin d'éviter les stimulations extérieures que notre interaction avec les autres engendre Cela va permettre d'être capable de faire face à la situation a bouleversé. 
Catherine Aimelet-Périssol plaide pour un traitement par la connaissance. Elle propose de s'intéresser au circuit que l'émotion emprunte dans le cerveau et porter son attention sur elle afin de ne pas se sentir impuissant et de réduire son émotivité. 
Antoine Pelissolo conseille, lui, d'observer quand l'émotion surgit.

4/ Se relier à son corps
Il faudrait donc, tout d'accord, accepter, ensuite, comprendre, et enfin, analyser afin de ne plus être collés à l'émotion. 
Et ensuite ? 
Tous les thérapeutes préconisent un retour au corps. Il s'agit de reprendre contact, de se familiariser avec lui. 
L'émotivité a un lien avec la respiration. 

Pour en savoir plus :
Apaiser son émotivité