Devenir Parent



Selon Le Petit Larousse de la Psychologie dirigé par Michel Guillemot et Bethsabée Blumel, avoir un enfant est une chose, devenir parent en est une autre. Cela passe par une crise d'identité, une transformation.

L'enfant, dès sa naissance, oblige à un réaménagement de l'espace psychique ouvert durant la grossesse. A ce moment, les relations (réelles et fantasmatiques) que la mère a entretenues avec ses propres parents vont peser de tout leur poids.
Le désir d'avoir un enfant passe par le désir d'être mère qui est imprégné par l'image de sa propre mère.

La position du père n'est pas symétrique. Le désir d'enfant chez le père s'étaie sur l'identification précoce à sa mère. 
Le père est, en générale, la première personne extérieure au monde du bébé (quand celui-ci se vit encore comme non-séparé de sa mère). Il est donc un modèle dans les identifications précoces. Durant le processus d'acquisition de la fonction paternelle, les pères deviennent plus vulnérables et peuvent présenter des crises psychologiques.

Dès la naissance de leur enfant, les parents se sentent reconnus par leur bébé, ce qui les renforce dans leur capacité à être parents. Les interactions deviennent de plus en plus complexes au fur et à mesure du développement de l'enfant. A travers la réaction des parents, tant psychiques que comportementales, c'est leur histoire familiale à eux qui se trouve réactualisée. 

Dès la naissance, s'opère chez les parents un double mouvement qui peut sembler contradictoire :
Un travail d'élaboration psychique visant à réduire l'écart entre l'enfant imaginaire et l'enfant réel permettant à l'enfant d'exister en propre. (cf. mon article : L'enfant imaginaire et l'enfant réél  )
Les parents doivent continuer d'imaginer l'avenir de leur enfant contribuant à alimenter leur capacité à l'élever et à l'aimer.
Les parents doivent faire le deuil de l'enfant idéal mais aussi du parent idéal.

Chaque parent rencontre des difficultés diverses dans sa vie et ne peut pas prétendre être toujours disponible et heureux de s'occuper de son enfant. Il existe des psychothérapies parent(s)-enfant(s) qui permettent au(x) parent(s) d'exprimer des déceptions, des fatigues ou des angoisses. Elles peuvent avoir lieu à tout âge de l'enfant.
Les parents  arrivent avec la formulation de soucis et de souffrances qui semblent ne s'inscrire que dans le présent et l'immédiat, alors qu'ils sont chargés d'une histoire passée et à venir. Ils vont construire un récit et lui donneront progressivement un sens personnel aboutissant à un lien plus harmonieux avec leur enfant.

Si, face aux difficultés, il convient de savoir qu'en cas de malaise durable on peut recourir à une aide psychologique, il n'en faut pas moins garder à l'esprit que la fonction parentale doit se mettre en place avec le plus de simplicité possible.
Le meilleur guide reste l'enfant lui-même qui réclame « à corps et à cris », comme l'écrit la psychanalyste C. Eliacheff, d'être porté, contenu et protégé de très près, une distance qui évoluera au cours des développements simultanés de l'enfant et de ses parents .Chaque partenaire de la relation devra s'y adapter. C'est une des conditions qui permettront à l'enfant d'exister, puis de devenir un adulte autonome et libre.